• Résultat de recherche d'images pour "Bonne fete romain"

    Résultat de recherche d'images pour "Bonne fete romain"

    Bonne Fête !

     

    Auguste

    Augusta, Gustave

    Romain

    Romaine, Roman, Romane, Romée, Roméo

     

    Saint Romain

    Abbé du Jura, frère de saint Lupicin (✝ 460)

     

    Romain et Lupicin 

     Deux frères dont les cheminements spirituels et le caractère étaient fort différents, mais bien complémentaires.

    Plutôt que de s'opposer, ils unirent leurs différences, pour se rejoindre dans un même service de Dieu. 
    Romain avait trente cinq ans lorsqu'il quitta son Bugey natal, n'emportant avec lui que "la vie des Pères du Désert."

    Il prit son chemin vers l'Est, traversa de grandes forêts et finit par atteindre la Bienne.

    Il venait de trouver ce qui lui convenait: de la terre labourable, une fontaine, des arbres et du silence. Il vécut là quelques années comme s'il était dans le désert égyptien de la Thébaïde. 
    Puis des disciples vinrent à lui, si nombreux qu'il dût leur bâtir deux monastères distants de 12 kilomètres l'un de l'autre.

    Condat qui deviendra la ville de Saint Claude, et Laucone qui deviendra Saint Lupicin.

    Son frère en effet vint le rejoindre, mais attendit son veuvage. Romain garda la direction de Condat et confia Laucone à Lupicin. 


    Romain était indulgent, doux et patient. Lupicin, sévère et intransigeant. Cela composait un heureux mélange.

    Quand le relâchement s'introduisait à Condat, Lupicin reprenait les choses en main et rétablissait la discipline.

    Quand les moines de Laucone commençaient à se décourager de trop de rigueur, Romain devenait leur supérieur, les faisant dormir et manger davantage, leur rendant bonne humeur et santé. 

     

    Les dictons du 28 février 

     

    Ciel clair à la saint Romain, c'est beaucoup de bien et de bon vin.

     

    Beau ciel à la saint Romain, il y aura des denrées et du bon vin.

     

    Le dernier jour de février doit laisser le fossé comble.

     

    Février est des mois de l'année, le moins long et le plus mauvais.

     

    Si février ne frévote, mars vient qui le garrotte.

     

    Quand février n’est pas rigoureux, mars écorche.

     

    Quoique court, le mois de février est le plus méchant de tous.

     

     

    Février trop doux, printemps en courroux.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "fete honorine"

    Résultat de recherche d'images pour "fete honorine"

    Image associée

    Bonne Fête !

     

    Honorine

    Galmier

    Galmière

     

    Sainte Honorine

    statue située dans la chapelle Sainte-Honorine, Conflans-Sainte-Honorine

    Vénérée dans les évêchés de Bayeux et de Rouen (4ème s.)

    statue située dans la chapelle Sainte-Honorine, Conflans-Sainte-Honorine On ne connaît d'elle que les reliques qui furent rapportées de Haute-Normandie jusqu'en Ile-de-France à Conflans-Saint-Honorine. 

    Son culte en Normandie est très ancien et la tradition en fait une martyre gauloise.

    Résultat de recherche d'images

     

    Dictons de la Sainte Honorine..

     

    À la sainte Honorine, bourgeonne l'aubépine.

     

    Gelée du jour sainte Honorine, rend toute la vallée chagrine.

    Partager via Gmail Pin It

    5 commentaires
  • Partager via Gmail Pin It

    6 commentaires
  • parler français comme une vache espagnole

     

    Pourquoi dit-on

    « parler français comme une vache espagnole » ?

     

    Ceux qui parlent français comme une vache espagnole le parlent très mal.

    L’expression est datée de 1640.

    Plusieurs explications ont cours quant à son origine.

    Selon la première, le mot « vache » serait une déformation du mot « vasces » qui signifiait « basque ».

    La véritable expression serait donc « parler le français comme un Basque espagnol » (un basque qui se trouverait du côté espagnol de la frontière).

    Pour les tenants de la deuxième hypothèse, le mot vache serait une altération de « basse » signifiant « servante ».

    En raison de la basse couche dont elle est issue sa maitrise de la langue serait médiocre.

    Enfin selon la troisième explication proposée par Alain Rey et Sophie Chantreau, la référence à la vache était à l’époque systématiquement connotée péjorativement, comme dans « être sorcier comme une vache ».

    Et de la même façon, « espagnol » revêtait un caractère négatif.

    Ce serait donc l’utilisation cumulée de ces termes qui expliquerait le sens donné à l’expression.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Un gars qui empeste l’alcool s’affale sur le siège d’un wagon de métro. A côté de lui, un curé.
    La tenue du gars qui a bu laisse à désirer : Sa cravate est maculée de taches, son visage et son col de chemise portent des empreintes de rouge à lèvres, et il y a même une bouteille de whisky qui dépasse de la poche de sa veste.
    Le gars, qui n’est pas complètement bourré (mais pas loin de l’être), prend son journal et se met à lire.
    Après une minute, il se tourne vers son voisin de fauteuil, le curé, et lui demande :
    – Dites mon Père, de quoi que c’est que ça vient l’arthrite ?
    Le curé répond :
    – Mon fils, je dirai que l’arthrite est due à une vie complètement dissolue, comme par exemple, sortir avec des filles de mauvaise vie, boire trop d’alcool, manquer de respect envers son prochain !
    Le gars répond :
    – Bordel de Dieu !!!… Ben ça alors, c’est incroyable !!!… Et il se replonge dans son journal.
    Un peu plus tard, le curé reprend la parole et lui dit d’un ton plus aimable:
    – Je suis désolé. Je ne voulais pas avoir des paroles si rudes envers vous.
    Depuis quand souffrez-vous d’arthrite ?
    Et le gars lui répond :
    – Ce n’est pas moi, mon Père. C’est le Pape, qu’ils disent dans le journal.

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires